Publié par Laisser un commentaire

Libido de la Femme

libido femme définition

En sexualité, la libido femme et de l’homme représente quelque peu l’âme dans un corps. Sans cette dernière, les câlins deviendraient rapidement une corvée conjugale à effectuer sans aucun goût ni plaisir. Heureusement, notre organisme ressent une émotion lorsqu’il a envie d’assouvir un acte sexuel. De même, il perçoit une sensation durant le rapport. Plus particulièrement, on traduit ce phénomène par le désir, ou encore par la « libido » scientifiquement parlant.

Ceci dit, d’où provient cette pulsion sexuelle ? De quelle manière émerge-t-elle, plus précisément au niveau de la gent féminine ? Augmente-t-elle et baisse-t-elle ? Existe-t-il des solutions qui permettent de booster celle-ci ? Dans ce billet, nous allons dans un premier temps vous parler de la libido de la femme en général. Ensuite, nous allons répondre à certaines interrogations qui peuvent survenir à l’esprit de certaines personnes ?

La Libido femme : C’est Quoi ?

La libido signifie le désir sexuel qu’éprouve une personne lorsqu’il veut ou réalise un acte sexuel. Or, cet état dépend de sa nature en soi, mais également de nombreux facteurs, tels que les sentiments, la situation conjugale, ou les interactions dans le couple.

D’Où Provient la Libido de la femme ?

De manière générale, la femme possède des signes qui indiquent que la libido est présente et fonctionne bien. En effet, lorsque le désir sexuel accroît, il provoque la lubrification du vagin et le durcissement des tétons.

Cela dit, pour que la libido se manifeste mutuellement entre les deux partenaires, il faut qu’il existe un désir partagé. Sachez donc que la motivation naturelle du rapport sexuel diffère du consentement de l’acte sexuel. En effet, ce dernier ne comporte pas forcément de désir.

Or, comment se manifeste cette libido ? Le désir sexuel survient à cause d’éléments physiques et psychologiques, notamment les sentiments, les fantasmes, les hormones et les conditions de vie.

Certes, les ovaires fabriquent les hormones stimulant la libido. On les appelle la testostérone et les œstrogènes.

Est-ce Que la Libido femme Augmente ?

La libido augmente naturellement. Toutefois, celle-ci implique des excitations sexuelles physiques lors des liaisons charnelles.

De même, les préliminaires jouent un rôle important dans la croissance du désir, comme les paroles, la voix, le regard, etc. En principe, l’orgasme fait cesser le désir, mais pas de manière absolue.

Pourquoi le Désir Sexuel Baisse-t-il ?

Le désir sexuel augmente au fur et à mesure du temps. La femme atteint généralement la maturité sexuelle à un âge proche de 35 ans. En revanche, le taux d’œstrogène dans le corps chute lors de la ménopause. Par conséquent, les ovaires produisent de moins en moins de testostérones.

Ceci dit, vous devez impérativement savoir que la libido femme dépend des deux facteurs physique et psychologique simultanément. C’est pourquoi, une femme qui arrive à la ménopause peut encore ressentir du désir. Véritablement, les facteurs physiques cessent d’intervenir en raison de son âge avancé. En revanche, les facteurs psychologiques continuent d’agir.

Par exemple, beaucoup de femmes matures donnent plus d’importance à leur vie sexuelle dans la mesure où elles possèdent plus de temps pour satisfaire leurs couples et leurs désirs.

En somme, il faut que les deux facteurs physique et psychologique diminuent pour que la libido diminue aussi. De ce fait, le désir sexuel d’une jeune femme peut baisser tandis que celui d’une femme mature augmente.

Cette diminution peut apparaître à cause de certains troubles du désir, comme un mauvais état de santé, la prise de médicament, la fatigue, la dépression, le stress, le post-partum, voire des problèmes internes dans le ménage.

Globalement, cette baisse dans ces situations est temporaire. Toutefois, si le souci demeure, il convient de consulter un médecin.

Les Aliments Qui Boostent le Désir Sexuel

Heureusement, il existe des aliments qui aident à stimuler la libido. Ici, nous allons en citer dix.

  1. La Maca

D’origine péruvienne, cet aphrodisiaque de renommée internationale est considéré comme le « viagra vert ». En raison de sa forte teneur en vitamine B, la maca contribue favorablement à l’augmentation de la libido.

  1. Le Ginseng

Ce formidable aphrodisiaque naturel permet d’accroître le désir sexuel et de combattre la frigidité.

  1. Les Graines de Citrouille

Grâce à sa richesse en zinc et en acides gras oméga-3, la protéine de citrouille stimule la production de testostérone et favorise le désir sexuel.

  1. La Baie de Goji

En Chine, la médecine traditionnelle se sert depuis longtemps de la baie de goji pour « pimenter » les relations sexuelles. Véritable fortifiant du système surrénalien, cet aphrodisiaque augmente les pulsions sexuelles.

  1. La Poudre de Cacao Crue

Tel un réel excitant, le cacao a la particularité de donner l’impression d’être amoureux et réveille les rapports sexuels « endormis ».

  1. Le Shatavari

En vue de sa grande proportion en acide folique, le shatavari dynamise les performances sexuelles. Cet acide accentue le flux sanguin vers les organes reproducteurs et optimise la lubrification du vagin.

  1. La Pastèque

En raison de sa richesse en citrulline, la pastèque perfectionne le flux sanguin qui se dirige vers le sexe. Cet acide aminé fait donc office de viagra naturel.

  1. La Spiruline

Riche en arginine, cette algue peut servir de complément alimentaire naturel. Dans ce cas, elle permet d’augmenter la libido.

  1. Le Gingembre

Très connu, le gingembre aphrodisiaque a l’avantage de générer un flux de sang supplémentaire en direction des organes génitaux. De ce fait, il représente un excellent aphrodisiaque.

  1. L’avocat

À l’aide de son taux élevé en acide folique, l’avocat possède la capacité de booster la libido.

PS : Certains spécialistes indiqueraient qu’aucun aliment n’augmente la libido.

Informations Utiles Sur la Libido de la Femme

En règle générale, vous devez comprendre que plus la testostérone de la femme est élevée au niveau des ovaires, plus sa libido accroît. Souvent, l’apogée du désir sexuel de la femme survient tardivement. En moyenne, l’appétit sexuel féminin arrive à son comble vers 35 ans.

De plus, une alimentation équilibrée peut améliorer la libido. Contrairement, une mauvaise hygiène de vie peut diminuer cette dernière. Enfin, la grossesse a tendance à booster la libido alors que les antidépresseurs l’abaissent.

Pour conclure, il n’existe pas de libido normale dans la mesure où celle-ci est propre à tout un chacun. Cette baisse de tonus sexuel peut être habituelle. Mais, si vous ressentez que cette situation est gênante, consultez un médecin de préférence.

Publié par Laisser un commentaire

Retard et Absence de Règles

retard de règles

Parmi les pathologies dont on ne parle pas assez ou que beaucoup de personnes ignorent encore l’existence, on peut citer le retard et l’absence de règles. Appelé aussi aménorrhée, ce problème se manifeste chez certaines femmes selon plusieurs facteurs, notamment l’âge et les troubles émotionnels.

Ceci dit, l’absence de règles peut être tout à fait normale dans plusieurs cas, comme la grossesse, l’allaitement, ou durant la période proche de la ménopause. D’ailleurs, il s’agit fréquemment du premier signe indiquant que la femme est enceinte et qu’elle est réglée naturellement et en bon état physique. Toutefois, en dehors de ces contextes, celle-ci peut provenir de divers soucis de santé, tels que le stress chronique, les maux de la glande thyroïde, l’anorexie, etc.

L’Aménorrhée : C’est quoi ?

L’aménorrhée constitue l’absence de règles de la femme qui peut encore procréer. Il en existe deux types :

  • L’aménorrhée primaire : Cela vaut uniquement lorsque la femme âgée de 16 ans n’a toujours pas été menstruée.
  • L’aménorrhée secondaire : Les règles sont présentes mais, cessent à cause de certains paramètres pour une durée minimum de 6 mois.

Selon certaines études, seulement 2 % à 5 % des femmes seraient sujettes à ce trouble. Cela dit, il apparaît tout de même nécessaire de connaître les raisons de ce symptôme afin de mieux le combattre.

Le Retard de Règles Lors de la Grossesse

Généralement, la grossesse consiste en une des causes provoquant un retard de règles. Cet événement arrive chez la femme sexuellement active dont le cycle d’ovulation arrête de fonctionner. Par conséquent, les menstruations de cette dernière s’interrompent.

De plus, vous devez être consciente que les règles ne reviennent pas directement après l’accouchement. Ce phénomène est d’ailleurs nommé le « retour de couches ». Celui-ci dure en général entre 6 à 8 semaines en cas de non-allaitement, dans la mesure où l’allaitement repousse la venue du retour de couches pendant plusieurs mois.

Vous Êtes Enceinte, Mais le Test de Grossesse Est Négatif

Globalement, vous pouvez facilement savoir si vos règles sont en retard en raison d’une grossesse en réalisant un test de grossesse. Cependant, une grossesse trop récente peut parfois montrer un résultat de test négatif. De ce fait, cela survient à cause d’une ovulation retardée dans le cycle.

Ceci dit, il existe deux sortes d’ovulations tardives :

  • L’ovulation tardive habituelle. Dans ce cas, nous ne parlerons pas vraiment de retard de règles.
  • L’ovulation tardive inhabituelle. Ici, c’est lorsque vos cycles durent entre 28 et 30 jours et que le retard de règles dépasse cette durée.

Quoi qu’il en soit, il faut que vous fassiez un nouveau test de grossesse quelque temps plus tard pour être sereine.

Test de Grossesse Négatif… Et Pourquoi Pas une Ovulation Retardée ?

Outre la grossesse, le retard ou l’absence d’ovulation empêche souvent la survenance des règles. Il convient donc de patienter quelques jours. Si d’ici là le problème n’a pas disparu, vous avez la possibilité de consulter votre gynécologue. Néanmoins, n’oubliez pas que vos menstruations peuvent apparaître d’un moment à l’autre.

L’Arrêt de la Pilule Retarde Les Règles

Votre test de grossesse a affiché un résultat négatif. Vous vous trouvez au premier cycle d’ovulation. De plus, vous venez d’arrêter la pilule contraceptive. Après tout cela, vos règles sont en retard. Alors, il s’agit certainement de la célèbre aménorrhée post-pilule.

Effectivement, le système régulier d’ovulation ne redémarre pas immédiatement suite à l’arrêt de la pilule. Cela est dû au fait que les cycles avaient déjà connu une perturbation avant la consommation de ce moyen de contraception.

Retard de Règles et Déséquilibre Alimentaire

Les troubles alimentaires perturbent parfois la régulation des cycles menstruels et provoquent ainsi un retard de règles. De manière générale, cette situation arrive après une perte de poids rapide et importante due à certains maux, tels que l’anorexie ou la boulimie.

En revanche, un régime alimentaire inadapté a tendance à produire le même effet. Enfin, les médecins spécialistes ont aussi affirmé que l’obésité entraîne quelques fois un retard de règles.

Le Retard de Règles et le Stress

Le retard ou l’absence de menstruations survient souvent suite à un trouble émotionnel important ou un choc psychologique soudain. Dans ce cas, vous devez consulter de préférence votre médecin.

Que Dit la Ménopause Dans Tout Ça ?

Vous avez près de la cinquante et la ménopause vous attend au pied de votre porte ? Vous savez donc sûrement que les ovulations disparaissent petit à petit durant cette période.

Autrement dit, la réserve de follicules ovariens baisse au fur et à mesure. Cette diminution génère parfois un retard de règles jusqu’à ce que la réserve se termine définitivement.

Les Règles Viennent en Retard Malgré Quelques Signes de Grossesse

Avez-vous entendu parler de la dysovulation ? Lorsque votre corps produit des ovules de mauvaise qualité, on parle de dysovulation. Effectivement, ce trouble a tendance à provoquer un retard de règles. Il en est de même pour l’anovulation complète.

En outre, un retard de règles peut se manifester si vous avez récemment subi une fausse couche. Pour plus de garantie, vous devez néanmoins effectuer un prélèvement sanguin afin de vérifier votre taux de HCG (Hormone Chorionique Gonadotrope humaine).

Les Règles Reviennent au Bout de 15 Jours ?

Vous n’avez pas l’habitude de voir vos règles s’arrêter et revenir au bout de 15 jours. Et bien, ne vous inquiétez pas, cela n’est qu’un dérèglement temporaire. Certes, le retard de règles apparaît dans certains cas en raison d’un défaut passager de l’ovulation. Il s’agit ici de ce que l’on appelle les « cycles susceptibles ».

Quelques femmes voient leurs règles s’estomper un moment à cause d’un quelconque problème, tel qu’un choc émotionnel ou autre. Or, après ces aménorrhées temporaires et subitement précaires, ces dernières réapparaissent.

Quelles Solutions Pour Retrouver Mes Menstruations Normales ?

La meilleure chose à faire consiste à laisser les règles surgir instinctivement et naturellement. En effet, le retard de règles n’est pas une pathologie dangereuse, même si elle persiste.

En revanche, si vous désirez voir vos menstruations revenir plus vite, vous pouvez envisager un traitement hormonal. Pour ce faire, nous vous invitons à en parler à votre gynécologue.

Publié par Laisser un commentaire

Maladie Ovaire

Maladie Ovaire

Dès la naissance, une fille est naturellement dotée de deux ovaires en forme de petites boules aussi grandes qu’une cerise. Ensuite, lorsque celle-ci atteint l’âge de 10 ans, ces deux organes prennent l’aspect de deux abricots renfermant plusieurs milliers de follicules. Grosses comme des petites poches, chacune de ces dernières enclore un œuf.

Les Ovaires : De Quoi s’Agit-il ?

Appelés aussi « glandes sexuelles féminines », les ovaires représentent les gonades femelles, c’est-à-dire les organes animaux utilisés pour se reproduire. Effectivement, ce sont à l’intérieur de ces organes reproducteurs que sont fabriqués les ovules. Appartenant à l’appareil génital féminin, les ovaires sont constitués sous forme de pair : l’ovaire droit et l’ovaire gauche. Ainsi, on peut considérer ceux-ci comme étant les semblables des testicules.

Quelle Est le Rôle Des Ovaires ?

La fonction principale des ovaires est de produire les ovocytes. En fait, ces derniers comptent aussi parmi les éléments du système endocrinien qui se compose de la totalité des organes destinés à sécréter les hormones sexuelles.

Comment Sont Produit Les Ovocytes ?

Dès la puberté, un ovocyte arrive à maturation tous les mois au cours du cycle. En effet, l’hormone folliculo-stimulante (FSH) est chargée de diriger l’ovocyte mature vers le follicule ovarien.

Ensuite, l’hormone luténisante (LH) va intervenir dans le but de concrétiser l’ovulation. Enfin, l’ovocyte sortira de l’ovaire pour se rendre vers l’ampoule tubaire, un constituant de la Trompe de Fallope issu du système reproductif féminin.

L’importance Des Ovaires

Avant tout, les ovaires fabriquent les hormones sexuelles féminines. Or, ces dernières jouent un rôle capital dans la formation du corps féminin. Effectivement, les ovaires ont pour particularité de contribuer à l’ovulation chez la femme chaque mois. Par conséquent, ceux-ci lui permettent de devenir fertile. Ceci dit, ces glandes sexuelles féminines doivent impérativement être en bonne santé pour fonctionner correctement.

Maladie Des Ovaires

Outre les maux liés aux ovaires, on trouve également des maladies relatives à la fonction ovarienne, notamment l’ovulation, la fécondation, la grossesse et les règles. Dans tous les cas, ces troubles sont responsables des défauts du fonctionnement des ovaires.

En ce qui concerne l’ovaire, celui-ci peut être sujet à une infection, couramment connue sous le nom d’« ovarite ». Certes, cette inflammation des ovaires est généralement due à une irritation des trompes utérines, appelée « salpingite ».

De plus, ce syndrome a tendance à engendrer une tumeur. Dans certains cas, cette dernière se révèle être bénigne, telle que les kystes. Dans d’autres cas, elle peut être maligne, comme les kystes solides et les cancers.

Par ailleurs, l’ovaire est susceptible d’être atteint d’un dysfonctionnement hormonal. Dans ce contexte, on parle alors d’« ovaires polykystiques » et d’« insuffisance lutéale ».

Les différents Symptômes Dus Aux Maladies Des Ovaires

Les maladies de l’ovaire provoquent de nombreux symptômes. En effet, cela peut se traduire par des douleurs aux ovaires et des contractions du bas-ventre sans irradiation distinctive. De surcroît, la femme peut être sujette à des troubles de règles, tels qu’un prolongement des cycles, un retard ou encore une absence totale de règles.

De même, il peut découler de ces genres de situations des difficultés de grossesse, bien que tous les signes soient réunis. Enfin, comme l’ont rapporté les spécialistes, la patiente constate des fois des pertes de sang dans le vagin.

Quels Sont Les Divers Tumeurs de l’Ovaire ?

En premier lieu, vous devez savoir qu’il existe une différence entre les kystes de l’ovaire et les cancers de l’ovaire dans la mesure où leurs origines ne sont pas identiques. En outre, il faut avoir conscience que les symptômes diffèrent d’une femme à une autre.

  • Les Kystes de l’Ovaire

Généralement bénignes, les kystes de l’ovaire font partie des tumeurs. Comparables à des poches remplies d’eau, ces derniers peuvent apparaître à n’importe quel âge. Par ailleurs, on peut compter deux types de kystes de l’ovaire : les kystes organiques et les kystes fonctionnels.

Les kystes organiques de l’ovaire possèdent quatre catégories : les kystes muqueux, les kystes dermoïdes, les kystes séreux et les kystes endométriosiques.

  • Les Cancers de l’Ovaire

Les cancers de l’ovaire sont de deux sortes : les cancers primitifs et les cancers secondaires. Relevant parfois de facteurs génétiques, ce dernier type est dit « métastatique ». Par exemple, la tumeur de Krukenberg se révèle être un cancer digestif appartenant à la catégorie des cancers secondaires de l’ovaire.

Les Symptômes du Cancer de l’Ovaire

En réalité, les symptômes du cancer de l’ovaire sont communs et assez ordinaires. En effet, la patiente peut faire preuve de métrorragies, à savoir : des troubles de règles associés à des douleurs pelviennes. De plus, il arrive que cette dernière soit atteinte d’une pleurésie ou d’une ascite.

La Dystrophie Ovarienne Polykystique

Appelée « syndrome des ovaires micropolykystiques », « syndrome des ovaires polykystiques » (SOPK), ou encore « syndrome de Stein-Leventhal », la dystrophie ovarienne polykystique constitue une altération des ovaires secondaire issue d’une désorganisation de l’activité du cycle de l’ovaire. En fait, ce désordre vient de problèmes liés à l’hypothalamus et l’hypophyse.

D’un point de vue clinique, la patiente ressent quelques fois des douleurs épisodiques au niveau du pelvis qui apparaissent lors d’un cycle irrégulier. Originaire d’une description réalisée par Stein et Leventhal en 1935, SOPK est réputée pour être la maladie hormonale la plus courante chez la femme durant la durée d’activité génitale, c’est-à-dire entre la puberté et la ménopause.

Ressemblant à des kystes de l’ovaire, cette pathologie d’origine multifactorielle et issue d’un déséquilibre hormonale consiste en vérité en de nombreux follicules dont le développement est incomplet. Par ailleurs, ce syndrome s’avère être le facteur principal de problèmes de cycle, d’infertilité féminine par anovulation, de complications métaboliques, ou encore d’hirsutisme.

Le Bilan Hormonal Pour Certifier le Diagnostic

Dans le cadre du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), le surplus d’androgènes empêche le follicule de devenir mature. En effet, une échographie pelvienne est en mesure de dévoiler les follicules immatures qui s’emmagasinent, sans pour autant laisser la place à un follicule dominant ni donner l’apparition à un kyste.

Cependant, un bilan hormonal de la femme est tout à fait impératif pour confirmer cette observation. Effectivement, ce dernier contient le dosage de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et celui de l’hormone lutéinisante (LH), deux hormones sécrétées par l’hypophyse qui régulent la production hormonale des ovaires et du cycle ovarien.

Publié par Laisser un commentaire

Règles Douloureuses

règles douloureuses

À partir de la puberté jusqu’à la ménopause, les règles accompagnent fidèlement la femme dans sa vie. Ceci dit, en quoi consiste ce phénomène naturel ? Comment se fait-il que la femme se plaigne de douleurs ? Quelle est l’origine de ce sang qui coule ? Dans les lignes suivantes, nous vous fournissons plusieurs renseignements utiles pour vous aider à mieux comprendre le sujet.

Les Règles : Ce Sont Quoi ?

Aussi appelées « menstruations », les règles représentent l’influx d’un liquide biologique complexe contenant du sang et des cellules provenant de l’endomètre situé dans l’utérus. Expulsé par le vagin, ce fluide à l’aspect sanguin constitue une démonstration physique du cycle menstruel de la femme.

D’Où Sont Issues Les Règles Douloureuses  ?

Produites systématiquement, les règles sont un écoulement de sang qui provient de l’utérus. Plus particulièrement, il s’agit de l’éjection de la couche superficielle de la muqueuse de l’utérus, nommé « endomètre ».

Quel Volume de Règles Douloureuses Coule ?

Contrairement à la sensation que l’on éprouve généralement, le volume de règles perdu n’est pas élevé. Ceci dit, celui-ci diffère d’une femme à l’autre. De plus, il peut changer chez une même personne d’un mois à l’autre. Globalement, ce volume est compris entre 5 ml à 25 ml.

Quel Est le Rôle Des Règles ?

En raison d’une modification hormonale ayant lieu en fin de cycle, le vagin évacue du sang en provenance de la muqueuse utérine qui s’est renouvelée superficiellement et périodiquement au préalable afin de réceptionner un éventuel ovule fécondé.

En fait, un cycle est composé de quatre étapes différentes :

  • La première étape constitue la « phase folliculaire ». Pendant cette phase, les œstrogènes sont sécrétés en nombre de plus en plus grand. Ce sont ces hormones qui rendent la muqueuse utérine plus épaisse. En outre, elles permettent l’accroissement de la quantité des vaisseaux sanguins de celle-ci.
  • La deuxième étape consiste en l’« ovulation ». Lors de cette période, le follicule ovarien libère l’ovocyte mature. Puis, ce dernier descend dans la Trompe de Fallope où l’utérus sera apte à l’héberger. À ce stade, le niveau d’œstrogènes de la femme est en diminution.
  • La troisième étape est appelée « phase progestative » ou « phase lutéale ». Effectivement, c’est lors de ce palier que se déroule la sécrétion de la progestérone. Or, cette hormone a aussi pour mission d’aider l’utérus à implanter l’ovule. Dans le cas où le spermatozoïde féconde l’ovule, l’utérus se remplie de sang ainsi que d’autres éléments.
  • Au contraire, s’il n’y a pas eu fécondation, le taux de progestérone va commencer à chuter. Par conséquent, l’ovule non fécondé va se liquéfier et l’excès de paroi utérine va se décomposer. Enfin, le vagin va éjecter cette composition d’apparence sanguine. En effet, cette dernière étape est nommée « phase menstruelle » ou « période des règles ».

Quelle Est la Durée Des Règles ?

Certes, il est difficile de savoir de manière exacte combien de temps durent les règles ? En vérité, cette durée varie en fonction des femmes et des cycles menstruels. En général, on peut dire que cette période se situe entre 2 jours à 7 jours.

À Quelle Fréquence Viennent Les Règles ?

Les spécialistes estiment qu’un cycle est compris entre 20 jours à 40 jours. Au-delà de 45 jours, ces derniers parlent de « spanioménorrhée ». En principe, la plupart des femmes possèdent un cycle allant de 26 jours à 34 jours. Cependant, 30 % d’entre elles sont dotées d’un cycle de 28 jours.

Pourquoi Les Règles Sont Parfois Douloureuses ?

Tout d’abord, les règles douloureuses sont scientifiquement nommées « dysménorrhées ». Majoritairement, les menstruations deviennent douloureuses quelques jours avant et durant le début des règles.

Plus particulièrement, les règles sont très douloureuses pendant le premier jour du cycle menstruel. C’est pourquoi plusieurs femmes sont atteintes de crampes au niveau du bas-ventre. En effet, les muscles de l’utérus se contractent afin de dégager l’ovule non fécondé ainsi que le sang et les diverses cellules.

Retard de Règles et Douleurs de Nidation

Avant tout, sachez qu’un retard de règles ne provient pas forcément d’une grossesse. En effet, les facteurs de ce trouble sont divers, notamment l’arrêt de la pilule, un médicament, une anomalie endocrinienne, une insuffisance ovarienne, le stress, un chagrin d’amour, un choc psychologique, etc.

Ceci dit, malgré l’absence de règles vous ressentez des douleurs au bas-ventre. Effectivement, ces symptômes ressemblent à ceux des règles. Ainsi, vous éprouvez des douleurs de règles sans règles. Autrement dit, vous êtes atteinte de crampes, mais vos règles ne devraient pas arriver avant quelques jours. Parfois, il peut s’agir de symptômes de nidation.

En vérité, les douleurs de nidation surviennent durant les premiers mois de grossesse. En général, les femmes sujettes à ce syndrome perçoivent de légères crampes semblables aux ballonnements. Sachez que que d’autres sont affligés de douleurs et de crampes ou encore de spottings au bas-ventre et dans le bas du dos identiques aux douleurs de règles.

Quoi qu’il en soit, ces symptômes sont tout à fait normaux. Effectivement, il se peut que cela soit dû à l’implantation de l’embryon et à la grossesse. Toutefois, il arrive que cela se produise, puis que les règles se manifestent quelques jours après.

Règles Douloureuses : Que Faire ?

En premier lieu, sachez que le traitement des règles douloureuses varie en fonction de nombreux éléments, comme l’intensité des douleurs, les raisons de celles-ci et les maux associés aux règles. Or, la cure originelle est principalement composée de médicaments destinés à apaiser les douleurs de règles, tels que les paracétamols, les antispasmodiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Néanmoins, vous devez absolument éviter de prendre de l’aspirine dans la mesure où celle-ci rend le sang fluide et serait susceptible de favoriser la hausse des pertes sang ou augmenter la période des règles.

Dans certains cas, votre médecin peut vous prescrire des médicaments de type progestatif ou des pilules pour mieux gérer certaines circonstances. En somme, nous vous conseillons de consulter votre médecin traitant afin qu’il vous examine minutieusement et qu’il vous oriente vers la meilleure option possible.

Publié par Laisser un commentaire

Mycose vaginale

Mycose vaginale

Faisant partie du système reproductif de la femme, le vagin constitue l’organe de copulation qui sert à procréer et concevoir des bébés. Plus précisément, celui-ci se trouve dans le corps humain, entre le rectum et la vessie.

Ceci dit, ce conduit qui connecte l’utérus vers l’extérieur du corps facilite la pénétration du sexe masculin durant les rapports sexuels, notamment à l’aide des muqueuses de ses parois naturellement lubrifiées. De ce fait, les spermatozoïdes sont en mesure d’atteindre l’utérus via son extrémité supérieure.

La Mycose Vaginale

En outre, cet orifice se révèle être également l’endroit où sortent les règles. De plus, cet appareil génital possède la forme d’un tube souple et est composé de fibres élastiques adaptables au pénis. Mais surtout, à la sortie du bébé durant l’accouchement.

Or, le sexe de la femme s’avère être assez sensible. En effet, il arrive que cet instrument soit affligé de divers maux, tels que les mycoses vaginales, les brûlures, les infections, les mycoses vulvaires, les odeurs vaginales, etc.

Ci-après, nous vous présentons certaines maladies liées au vagin et vous exposons les bons gestes à réaliser pour les éviter ainsi que les différents traitements disponibles pour remédier à celles-ci.

Lésion bénigne, la mycose vaginale est une maladie courante qui touche beaucoup de femmes. Ceci étant, quelles sont les raisons de son apparition ? Possède-t-elle des symptômes spécifiques ? Comment se préserver de ce trouble ? De quelle manière peut-on la guérir ? Tout de suite, faisons le point pour faire fuir ce virus qui nous gâche la vie.

Mycose Génitale de la Femme : De Quoi s’Agit-il ?

Naturellement dotée de multiples bactéries, la flore vaginale doit faire preuve d’une hygiène intime irréprochable afin de se préserver de toute éventuelle affection. En réalité, le but ne se trouve pas dans le simple nettoyage de la flore intime. Mais plutôt il est question de conserver l’équilibre naturel.

Par exemple, les lactobacilles s’incrustent sur la muqueuse vaginale et forment un bouclier naturel pour la défendre contre les divers maux. Autrement dit, ces bactéries ont pour rôle de préserver cet équilibre vulnérable. C’est pourquoi, si la femme ne prend pas soin de ses parties intimes, elle risque de voir se développer une mycose vaginale.

En fait, la mycose génitale de la femme consiste en un champignon scientifiquement appelé « candida albicans » ou encore « candida glabrata ».

Les Symptômes de la Mycose Vaginale

Certes, plusieurs symptômes permettent de déterminer l’apparition de la mycose vaginale. En général, la femme se plaint de rougeurs et de démangeaisons entre les jambes. De plus, ces irritations du vagin sont fréquemment combinées de pertes blanches semblables à du lait caillé.

  • Les Causes de la Mycose Vaginale

Globalement, n’importe quel facteur susceptible de perturber la flore intime est capable d’engendrer le surgissement d’une mycose vulvaire et vaginale. À vrai dire, pour éviter ce microbe, vous avez la possibilité de vous abstenir de porter des habits qui collent au corps. De plus, vous devez proscrire l’emploi de savons inadaptés à votre type de peau ainsi que l’abus de toilette intime.

Par ailleurs, la grossesse et la ménopause sont deux facteurs principaux provoquant le développement des démangeaisons vaginales. Enfin, les traitements à base d’antibiotiques, le diabète, les séjours dans les pays exotiques, les hautes températures, ou encore la pratique de sports intensifs peuvent générer la manifestation d’une infection vaginale.

Comment Se Préserver de la Mycose Vaginale ?

Avant tout, il existe plusieurs réflexes et gestes banals à adopter pour se protéger d’une éventuelle mycose génitale. Effectivement, vous devez vous habituer à effectuer une toilette intime régulière. Toutefois, il n’est pas question d’abuser. En d’autres termes, une douche par jour est tout à fait suffisante pour enlever les odeurs vaginales et lutter contre les mycoses vaginales.

Pour éviter toute brûlure vaginale, les spécialistes conseillent d’avoir recours à un nettoyant doux particulièrement conçu pour cette partie du corps sensible. Pour ce faire, il convient notamment d’employer un savon doté d’un pH alcalin doux capable d’entretenir au mieux la zone vulvaire. En somme, il faut que le pH de votre savon soit situé entre 4 et 5,5 pour pouvoir empêcher une probable irritation vaginale.

  • Traitement de la Mycose Vaginale

Vous n’êtes pas parvenu à vous éloigner de la mycose vaginale. Que devez-vous faire pour vous en débarrasser ? Pour cela, il va falloir vous rendre chez un médecin au plus vite. De manière générale, le traitement de la mycose vaginale compte environ trois semaines.

Effectivement, cette cure comprend habituellement deux méthodes : la voie interne et la voie externe. En interne, le médecin peut vous prescrire la prise d’antifongiques en ovules à introduire dans le vagin. Quant à la voie externe, il s’agit d’une crème à appliquer sur la vulve deux fois par jour maximum.

Toutefois, certains experts peuvent juger nécessaire de prendre des comprimés par voie orale dans certaines situations en guise de complément de l’ovule mycose vaginale et de la crème.

Les Vulvovaginites

Les vulvovaginites se révèlent être une infection vaginale et une mycose vulvaire provenant d’un déséquilibre de la flore intime. Cependant, il faut bien faire la différence entre cette maladie et l’infection sexuellement transmissible (IST).

En effet, il existe deux types de vulvovaginites : la mycose vaginale et la vaginose bactérienne.

  • La Vaginose : C’est Quoi ?

La vaginose bactérienne consiste en une inflammation chronique de la muqueuse vaginale en raison d’un désordre de la flore intime.

  • Les Causes de la Vaginose

Généralement, la vaginose se manifeste à cause de la présence de bactéries dans le vagin et au niveau de la vulve.

  • Les Symptômes de la Vaginose

La vaginose bactérienne est une maladie qui a pour particularité de provoquer des pertes odorantes vaginales, des démangeaisons vaginales, voire des douleurs au vagin.

  • Comment Éviter la Vaginose ?

Pour prévenir la vaginose, il convient de mettre en application les mêmes gestes et réflexes permettant d’éviter la mycose génitale. Par exemple, vous devez accomplir votre toilette intime de manière régulière. En revanche, il faut exclure les douches vaginales trop intenses.

  • Traitement de la Vaginose

A priori, le traitement de la vaginose est semblable à celui de la mycose vaginale. En effet, une cure antibactérienne à base d’antibiotique naturel (voir argent colloidal) en ovules est très intéressante. Par exemple, vous pouvez essayer le métronidazole.

Cependant, votre gynécologue peut également vous proposer de passer un test à la potasse pour mieux diagnostiquer cette maladie. Aussi, celui-ci est susceptible de vous demander de suivre un régime alimentaire adapté.

Le Lichen Vulvaire

Appelé également « lichen scléreux » ou encore « lichen scléro-atrophique », le lichen vulvaire se révèle être aussi une cause de démangeaisons vaginales peu fréquente et actuellement inconnue.

  • Le Lichen Vulvaire : De Quoi s’Agit-il ?

Le lichen scléreux consiste en une affection de la peau chronique généralement présente dans la zone vulvaire.

  • Les Symptômes du Lichen Vulvaire

De manière générale, cette maladie se caractérise par des plaques scléreuses blanches autour de la vulve. De plus, cela peut se traduire par des brûlures vaginales, des démangeaisons vaginales, une baisse du volume de la vulve et des douleurs au niveau du vagin.

  • Traitement du Lichen Vulvaire

Après avoir effectué un diagnostic à l’aide d’un microscope, le traitement nécessaire pour combattre ce trouble est axé sur les corticoïdes locaux et les androgènes.

Publié par Laisser un commentaire

Symptômes Grossesse

Symptômes Grossesse

Vous êtes impatiente de devenir maman. Ainsi, vous vous interrogez sans cesse. Suis-je enceinte ou est-ce juste une impression ? À vrai dire, il existe des indices qui ne trompent pas. Ceci dit, comment savoir si l’on est enceinte ? Quelle est la méthode pour reconnaître les premiers symptômes de grossesse ? Désireuse de prendre votre bébé dans vos bras, vous êtes attentive aux moindres transformations de votre corps. Ci-dessous, nous avons le plaisir de vous indiquer les différents signes de grossesse pour vous permettre de préparer celle-ci avec succès.

Les Signes de Grossesse

Il est vrai que certaines femmes apprennent qu’elles sont enceintes lors d’une simple consultation chez leur médecin. Cependant, d’autres femmes constatent leur situation de grossesse depuis les premiers jours par le biais de véritables modifications corporelles.

Nombreux sont les signes qui indiquent que vous attendez un bébé. En réalité, ces derniers sont exclusivement issus des hormones de grossesse générées à chaque phase. Parfois, ces symptômes peuvent se manifester via des habitudes et des comportements insolites. En outre, ceux-ci sont susceptibles de provoquer des transformations physiques. Or, à quoi ressemblent ces changements biologiques de votre organisme et de votre physiologie en état de grossesse ? C’est ce que nous allons découvrir très prochainement. Ci-après, nous vous dévoilons 9 symptômes de la femme enceinte.

  • L’Absence de Menstruations

Également appelée « aménorrhée », l’absence de règles est sans conteste un réel signe de grossesse naturel. En effet, lorsque la femme est enceinte, les menstruations ont tendance à disparaître et revenir quelques semaines après l’accouchement. De ce fait, si vous n’avez pas eu vos règles depuis plusieurs jours, c’est qu’il est temps pour vous de faire un test de grossesse.

  • Les Nausées et Vomissements

Dans certains cas, la femme enceinte est sujette au surgissement de nausées et/ou de vomissements en guise de premiers signes de grossesse. Heureusement, il arrive que certaines femmes soient atteintes de vomissements passagers qui ne dureront uniquement quelques jours. En revanche, d’autres sont amenées à patienter les trois premiers mois pour voir ces maux s’estomper.

Symptômes grossesse un changement radical pour le corps

  • Les Seins Hypersensibles Qui Gonflent et Les Mamelons Qui Foncent

Souvent, les seins douloureux qui gonflent et les mamelons qui deviennent foncés s’avèrent être le premier symptôme de la femme enceinte à survenir. En fait, ce phénomène est dû à l’action des œstrogènes qui se multiplient durant les derniers jours du cycle afin que le corps puisse appréhender une éventuelle grossesse.

Suite à la fécondation, plusieurs changements hormonaux adviennent. Par exemple, les glandes mammaires ont tendance à devenir plus grosses. De même, en raison de l’effet de l’hormone de grossesse (HCG), les mamelons passent de la couleur rosée au marron foncé.

  • Envie d’Uriner Fréquente

Si vous ressentez le besoin constant d’uriner, de nuit comme de jour, alors il est fort probable que vous soyez enceinte. En effet, cette envie réitérée se produit quand l’embryon est dûment attaché et qu’il sécrète l’hormone de grossesse dosée. Nommée hormone chorionique gonadotrope humaine [en anglais : human chorionic gonadrotopin (HCG)], cette dernière a pour particularité d’attester que la femme est bien enceinte.

  • Vertiges et Fatigues

En général, la femme enceinte semble éprouver une fatigue incessante. En fait, la formation en masse de progestérone lors des premiers jours d’aménorrhée se révèle être la cause principale de cette sensation de fatigue qui émerge au commencement de la gestation humaine. Après environ 3 mois, cette baisse de forme disparaît.

De plus, quelques femmes sont atteintes de vertiges. En réalité, ce fléau consiste en un indice formel révélateur d’une anémie de grossesse causée par un manque de fer. C’est pourquoi, vous pouvez lutter contre cette carence en demandant une prescription chez votre médecin et en adoptant un régime à teneur élevé en fer.

  • Appétit Éléphantesque

À table, vous avez remarqué que vous mangiez de plus grosses proportions que d’habitude. En outre, votre estomac a l’air d’être un gouffre inassouvi. Certes, vous êtes affligé par d’innombrables envies soudaines et irrésistibles.

Avoir une bonne alimentation

Ceci dit, le fait d’avoir un bébé dans le ventre peut susciter une faim plus grande chez la future maman dans la mesure où celle-ci requiert plus de vitamines. Toutefois, les spécialistes conseillent de ne pas manger énormément et de privilégier une alimentation équilibrée avec du bon miel de thym.

  • Douleurs de l’Abdomen

Durant la période de grossesse, le ventre de la femme enceinte s’avère être la cible de multiples contrariétés. Constipations, aigreurs d’estomac, lourdeurs… les attaques en direction de l’abdomen font légion. Pas de panique ! Ce signe de grossesse est tout à fait courant. Patience. D’ici quelques jours, ces douleurs se dissiperont.

  • Les Sautes d’Humeur

C’est connu, la femme enceinte fait preuve d’une sensibilité à fleur de peau. Effectivement, cette dernière peut vivre un sentiment d’amertume abusif et une angoisse profonde. Par ailleurs, cette future mère est susceptible d’être en état d’allégresse exagéré.

Il est vrai que ces humeurs variables sont parfois une source d’étonnement auprès des proches. Pas de soucis, soyez doux avec elle et essayez de faire le maximum pour faire l’impasse sur cette épreuve où la physiologie de la femme enceinte est quelque peu désorganisée.

  • La Température

La température a pour particularité d’être un remarquable informateur apte à vous aider à savoir si vous êtes enceinte. Tous les matins à une heure déterminée, n’hésitez pas à prendre votre température. Puis, contrôlez celle-ci en reportant les résultats sur un graphique jusqu’à ce que vous ayez dessiné votre courbe.

En effet, lors de l’ovulation, la température augmente légèrement. Après s’être figée pendant 14 jours, cette dernière va chuter. En cas de fécondation durant les 14 jours, la température ne baissera pas. Au contraire, elle se fixera sur le même seuil car la grossesse aura permis de produire de la progestérone.

Conclusion sur les symptômes grossesse

À noter que tous ces symptômes de grossesse ne sont pas suffisants pour garantir que vous êtes bel et bien enceinte. Pour en avoir la garantie, vous devrez absolument vous rendre chez votre gynécologue afin de vérifier votre état. En effet, ce spécialiste vous fera passer une échographie ou vous proposera d’effectuer une prise de sang pour contrôler le dosage du taux de HCG.

Publié par Un commentaire

L’ovulation

L'ovulation

En science, la fertilité constitue la capacité de l’être humain et des espèces vivantes de se reproduire dans le but d’assurer la continuité de la descendance. Autrement dit, ce phénomène naturel est le contraire de la stérilité. Or, cette aptitude à féconder a tendance à baisser ou augmenter en fonction de plusieurs facteurs. Tels que le stress, la maladie, la mauvaise qualité du sperme ou le faible taux des spermatozoïdes. Voire le dysfonctionnement ou l’absence d’ovulation du côté de la femme.

Effectivement, l’ovulation s’avère être un élément incontournable de la fécondité. Acteur essentiel dans la reproduction, celle-ci se produit par le biais de l’évacuation d’un ovocyte en provenance de l’ovaire. Plus précisément, c’est la rencontre du spermatozoïde et de l’ovocyte pendant la fécondation qui va concevoir la première cellule du fœtus.

Selon les scientifiques, un couple fertile est celui qui a entamé une grossesse avant la première année de la période de fécondité. Après un an de relations sexuelles sans grossesse, le couple est jugé infertile. En revanche, ce dernier est dit stérile dans le cas où il nécessite l’utilisation d’une méthode de procréation médicale assistée, comme la fécondation in vitro.

Dans un premier temps, nous allons vous présenter quelques notions scientifiques importantes vous expliquant comment fonctionne l’ovulation. Enfin, nous allons vous dévoiler certains symptômes de l’ovulation pour vous aider à tomber enceinte plus facilement.

Quand Pouvez-vous Tomber Enceinte ?

Pendant l’ovulation, l’ovule se libère de l’un des follicules ovariens. Puis, le pavillon conduit celui-ci vers l’utérus au niveau de la Trompe de Fallope afin qu’il fusionne avec l’un des spermatozoïdes situés dans l’appareil reproductif féminin. Autrement dit, la grossesse débute lorsque le spermatozoïde féconde l’ovule.

En somme, c’est à ce stade final du développement du follicule ovarien et dans l’utérus que survient la fécondation. Quant à la nidation – à savoir la consolidation de l’ovule fécondé -, cette dernière a lieu entre 5 à 7 jours suite à la fécondation.

Quelle est la date d’ovulation ?

De manière générale, l’ovulation se réalise le 14e jour du cycle menstruel basique, à savoir celui comprenant 28 jours. Toutefois, ce cycle est différent d’une femme à l’autre. Plus particulièrement, l’ovulation se manifeste durant le cycle précédent. Effectivement, cet évènement se déroule suite à un long processus compliqué durant lequel interviennent de nombreuses situations hormonales les unes à la suite des autres.

Cependant, cet enchaînement hormonal fonctionne différemment lors de chaque cycle de l’ovulation. Autrement dit, votre corps n’étant pas un robot, vous ne serez pas capable d’affirmer que vous ovulerez obligatoirement le 14e jour de chacun de vos cycles menstruels. Par conséquent, pour connaître la période d’ovulation, vous serez amené à effectuer un calcul de la date d’ovulation.

  • Que se Passe-t-il Pendant la Période d’Ovulation ?

Au commencement de vos règles, le taux d’œstrogènes est bas. Néanmoins, le niveau de ces hormones indispensables à l’ovulation accroît durant la première tranche de votre cycle afin de sécréter l’hormone luténisante. À ce stade, ce dernier va signaler aux ovaires qu’ils doivent libérer un ovule. En bref, l’augmentation du niveau d’œstrogènes se révèle être l’élément déclencheur de la majorité des symptômes de l’ovulation.

  • À Quel Moment Débute la Période de Fécondité ?

En général, la fertilité se produit lors des cinq derniers jours avant l’ovulation ainsi qu’au jour de l’ovulation. Or, la période de fécondité optimale a lieu durant les deux jours avant cette date. Ainsi, les probabilités d’avoir un bébé pendant ces deux jours sont plus grandes que celles de la date d’ovulation.

Certains Symptômes de l’Ovulation Pour Une Grossesse Rapide

Globalement, il existe une multitude de signes vous permettant de savoir le moment exact où vous seriez en mesure d’avoir un bébé. En effet, c’est durant ce laps de temps précis que les éventualités de fertilité sont les plus élevées. Ceci étant, quand devez-vous avoir un rapport sexuel avec votre mari pour pouvoir enfanter ? Pour être conscient de cela, il vous faut connaître votre période d’ovulation.

En d’autres termes, pour planifier ses rapports intimes durant la durée de fécondité optimale, la femme qui souhaite tomber enceinte doit prêter attention à certains signes physiologiques de l’ovulation plutôt discrets. Par ailleurs, sachez que quelques symptômes de l’ovulation ne sont pas les mêmes chez toutes les femmes. En revanche, en suivant votre cycle d’ovulation, vous serez capable de les reconnaître plus facilement.

  • Accroissement du Rythme du Pouls Durant le Repos

Suite à des recherches cliniques, plusieurs scientifiques ont rapporté que le rythme cardiaque a tendance à devenir élevé lors des derniers jours avant l’ovulation. En effet, durant les menstruations, le pouls en inactivité se situe au plus bas niveau.

Toutefois, pendant les deux à cinq jours qui précèdent l’ovulation, les battements du cœur accélèrent à raison d’approximativement deux battements par minute. Ensuite, la fréquence cardiaque ne cesse de s’amplifier jusqu’à parvenir à la vitesse maximale durant la phase lutéale. Enfin, celle-ci redescend au fur et à mesure au redémarrage des règles. Cependant, le rythme du pouls ne cesse d’être important en cas de grossesse.

Des Variations de Température Basale Corporelle

Il est vrai que quelques femmes s’aperçoivent que leur température basale corporelle (TBC) diminue pendant la période d’ovule. En revanche, sachez que ce symptôme est plutôt contestable dans la mesure où cette baisse n’est pas dévoilée dans beaucoup de graphes.

  • La Modification Des Glaires Cervicales

Quelques jours avant l’ovulation, le niveau d’œstrogène de la femme est en hausse. Par conséquent, la compacité de glaires cervicales se transforme. Plus la date de l’ovulation est proche, plus la consistance devient liquide.

  • Des Maux Dans la Région du Pelvis ou du Bassin

A priori, une minorité de femme est sujette à des douleurs pelviennes durant l’ovulation.

  • Hypersensibilité Des Seins

Certes, il se peut que vous ressentiez des brûlures au niveau des seins ou que vos mamelons soient irrités quelques jours avant et après cela à cause de l’élévation des niveaux d’hormones.

  • Une Hausse de la Libido

En raison de l’accroissement du niveau d’œstrogène, la libido de la femme est susceptible d’augmenter lors des jours précédant l’ovulation.

Découvrez notre test d’ovulation dans notre boutique en ligne !