Publié par Laisser un commentaire

Maladie Ovaire

Maladie Ovaire

Dès la naissance, une fille est naturellement dotée de deux ovaires en forme de petites boules aussi grandes qu’une cerise. Ensuite, lorsque celle-ci atteint l’âge de 10 ans, ces deux organes prennent l’aspect de deux abricots renfermant plusieurs milliers de follicules. Grosses comme des petites poches, chacune de ces dernières enclore un œuf.

Les Ovaires : De Quoi s’Agit-il ?

Appelés aussi « glandes sexuelles féminines », les ovaires représentent les gonades femelles, c’est-à-dire les organes animaux utilisés pour se reproduire. Effectivement, ce sont à l’intérieur de ces organes reproducteurs que sont fabriqués les ovules. Appartenant à l’appareil génital féminin, les ovaires sont constitués sous forme de pair : l’ovaire droit et l’ovaire gauche. Ainsi, on peut considérer ceux-ci comme étant les semblables des testicules.

Quelle Est le Rôle Des Ovaires ?

La fonction principale des ovaires est de produire les ovocytes. En fait, ces derniers comptent aussi parmi les éléments du système endocrinien qui se compose de la totalité des organes destinés à sécréter les hormones sexuelles.

Comment Sont Produit Les Ovocytes ?

Dès la puberté, un ovocyte arrive à maturation tous les mois au cours du cycle. En effet, l’hormone folliculo-stimulante (FSH) est chargée de diriger l’ovocyte mature vers le follicule ovarien.

Ensuite, l’hormone luténisante (LH) va intervenir dans le but de concrétiser l’ovulation. Enfin, l’ovocyte sortira de l’ovaire pour se rendre vers l’ampoule tubaire, un constituant de la Trompe de Fallope issu du système reproductif féminin.

L’importance Des Ovaires

Avant tout, les ovaires fabriquent les hormones sexuelles féminines. Or, ces dernières jouent un rôle capital dans la formation du corps féminin. Effectivement, les ovaires ont pour particularité de contribuer à l’ovulation chez la femme chaque mois. Par conséquent, ceux-ci lui permettent de devenir fertile. Ceci dit, ces glandes sexuelles féminines doivent impérativement être en bonne santé pour fonctionner correctement.

Maladie Des Ovaires

Outre les maux liés aux ovaires, on trouve également des maladies relatives à la fonction ovarienne, notamment l’ovulation, la fécondation, la grossesse et les règles. Dans tous les cas, ces troubles sont responsables des défauts du fonctionnement des ovaires.

En ce qui concerne l’ovaire, celui-ci peut être sujet à une infection, couramment connue sous le nom d’« ovarite ». Certes, cette inflammation des ovaires est généralement due à une irritation des trompes utérines, appelée « salpingite ».

De plus, ce syndrome a tendance à engendrer une tumeur. Dans certains cas, cette dernière se révèle être bénigne, telle que les kystes. Dans d’autres cas, elle peut être maligne, comme les kystes solides et les cancers.

Par ailleurs, l’ovaire est susceptible d’être atteint d’un dysfonctionnement hormonal. Dans ce contexte, on parle alors d’« ovaires polykystiques » et d’« insuffisance lutéale ».

Les différents Symptômes Dus Aux Maladies Des Ovaires

Les maladies de l’ovaire provoquent de nombreux symptômes. En effet, cela peut se traduire par des douleurs aux ovaires et des contractions du bas-ventre sans irradiation distinctive. De surcroît, la femme peut être sujette à des troubles de règles, tels qu’un prolongement des cycles, un retard ou encore une absence totale de règles.

De même, il peut découler de ces genres de situations des difficultés de grossesse, bien que tous les signes soient réunis. Enfin, comme l’ont rapporté les spécialistes, la patiente constate des fois des pertes de sang dans le vagin.

Quels Sont Les Divers Tumeurs de l’Ovaire ?

En premier lieu, vous devez savoir qu’il existe une différence entre les kystes de l’ovaire et les cancers de l’ovaire dans la mesure où leurs origines ne sont pas identiques. En outre, il faut avoir conscience que les symptômes diffèrent d’une femme à une autre.

  • Les Kystes de l’Ovaire

Généralement bénignes, les kystes de l’ovaire font partie des tumeurs. Comparables à des poches remplies d’eau, ces derniers peuvent apparaître à n’importe quel âge. Par ailleurs, on peut compter deux types de kystes de l’ovaire : les kystes organiques et les kystes fonctionnels.

Les kystes organiques de l’ovaire possèdent quatre catégories : les kystes muqueux, les kystes dermoïdes, les kystes séreux et les kystes endométriosiques.

  • Les Cancers de l’Ovaire

Les cancers de l’ovaire sont de deux sortes : les cancers primitifs et les cancers secondaires. Relevant parfois de facteurs génétiques, ce dernier type est dit « métastatique ». Par exemple, la tumeur de Krukenberg se révèle être un cancer digestif appartenant à la catégorie des cancers secondaires de l’ovaire.

Les Symptômes du Cancer de l’Ovaire

En réalité, les symptômes du cancer de l’ovaire sont communs et assez ordinaires. En effet, la patiente peut faire preuve de métrorragies, à savoir : des troubles de règles associés à des douleurs pelviennes. De plus, il arrive que cette dernière soit atteinte d’une pleurésie ou d’une ascite.

La Dystrophie Ovarienne Polykystique

Appelée « syndrome des ovaires micropolykystiques », « syndrome des ovaires polykystiques » (SOPK), ou encore « syndrome de Stein-Leventhal », la dystrophie ovarienne polykystique constitue une altération des ovaires secondaire issue d’une désorganisation de l’activité du cycle de l’ovaire. En fait, ce désordre vient de problèmes liés à l’hypothalamus et l’hypophyse.

D’un point de vue clinique, la patiente ressent quelques fois des douleurs épisodiques au niveau du pelvis qui apparaissent lors d’un cycle irrégulier. Originaire d’une description réalisée par Stein et Leventhal en 1935, SOPK est réputée pour être la maladie hormonale la plus courante chez la femme durant la durée d’activité génitale, c’est-à-dire entre la puberté et la ménopause.

Ressemblant à des kystes de l’ovaire, cette pathologie d’origine multifactorielle et issue d’un déséquilibre hormonale consiste en vérité en de nombreux follicules dont le développement est incomplet. Par ailleurs, ce syndrome s’avère être le facteur principal de problèmes de cycle, d’infertilité féminine par anovulation, de complications métaboliques, ou encore d’hirsutisme.

Le Bilan Hormonal Pour Certifier le Diagnostic

Dans le cadre du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), le surplus d’androgènes empêche le follicule de devenir mature. En effet, une échographie pelvienne est en mesure de dévoiler les follicules immatures qui s’emmagasinent, sans pour autant laisser la place à un follicule dominant ni donner l’apparition à un kyste.

Cependant, un bilan hormonal de la femme est tout à fait impératif pour confirmer cette observation. Effectivement, ce dernier contient le dosage de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et celui de l’hormone lutéinisante (LH), deux hormones sécrétées par l’hypophyse qui régulent la production hormonale des ovaires et du cycle ovarien.

Publié par Laisser un commentaire

Mycose vaginale

Mycose vaginale

Faisant partie du système reproductif de la femme, le vagin constitue l’organe de copulation qui sert à procréer et concevoir des bébés. Plus précisément, celui-ci se trouve dans le corps humain, entre le rectum et la vessie.

Ceci dit, ce conduit qui connecte l’utérus vers l’extérieur du corps facilite la pénétration du sexe masculin durant les rapports sexuels, notamment à l’aide des muqueuses de ses parois naturellement lubrifiées. De ce fait, les spermatozoïdes sont en mesure d’atteindre l’utérus via son extrémité supérieure.

La Mycose Vaginale

En outre, cet orifice se révèle être également l’endroit où sortent les règles. De plus, cet appareil génital possède la forme d’un tube souple et est composé de fibres élastiques adaptables au pénis. Mais surtout, à la sortie du bébé durant l’accouchement.

Or, le sexe de la femme s’avère être assez sensible. En effet, il arrive que cet instrument soit affligé de divers maux, tels que les mycoses vaginales, les brûlures, les infections, les mycoses vulvaires, les odeurs vaginales, etc.

Ci-après, nous vous présentons certaines maladies liées au vagin et vous exposons les bons gestes à réaliser pour les éviter ainsi que les différents traitements disponibles pour remédier à celles-ci.

Lésion bénigne, la mycose vaginale est une maladie courante qui touche beaucoup de femmes. Ceci étant, quelles sont les raisons de son apparition ? Possède-t-elle des symptômes spécifiques ? Comment se préserver de ce trouble ? De quelle manière peut-on la guérir ? Tout de suite, faisons le point pour faire fuir ce virus qui nous gâche la vie.

Mycose Génitale de la Femme : De Quoi s’Agit-il ?

Naturellement dotée de multiples bactéries, la flore vaginale doit faire preuve d’une hygiène intime irréprochable afin de se préserver de toute éventuelle affection. En réalité, le but ne se trouve pas dans le simple nettoyage de la flore intime. Mais plutôt il est question de conserver l’équilibre naturel.

Par exemple, les lactobacilles s’incrustent sur la muqueuse vaginale et forment un bouclier naturel pour la défendre contre les divers maux. Autrement dit, ces bactéries ont pour rôle de préserver cet équilibre vulnérable. C’est pourquoi, si la femme ne prend pas soin de ses parties intimes, elle risque de voir se développer une mycose vaginale.

En fait, la mycose génitale de la femme consiste en un champignon scientifiquement appelé « candida albicans » ou encore « candida glabrata ».

Les Symptômes de la Mycose Vaginale

Certes, plusieurs symptômes permettent de déterminer l’apparition de la mycose vaginale. En général, la femme se plaint de rougeurs et de démangeaisons entre les jambes. De plus, ces irritations du vagin sont fréquemment combinées de pertes blanches semblables à du lait caillé.

  • Les Causes de la Mycose Vaginale

Globalement, n’importe quel facteur susceptible de perturber la flore intime est capable d’engendrer le surgissement d’une mycose vulvaire et vaginale. À vrai dire, pour éviter ce microbe, vous avez la possibilité de vous abstenir de porter des habits qui collent au corps. De plus, vous devez proscrire l’emploi de savons inadaptés à votre type de peau ainsi que l’abus de toilette intime.

Par ailleurs, la grossesse et la ménopause sont deux facteurs principaux provoquant le développement des démangeaisons vaginales. Enfin, les traitements à base d’antibiotiques, le diabète, les séjours dans les pays exotiques, les hautes températures, ou encore la pratique de sports intensifs peuvent générer la manifestation d’une infection vaginale.

Comment Se Préserver de la Mycose Vaginale ?

Avant tout, il existe plusieurs réflexes et gestes banals à adopter pour se protéger d’une éventuelle mycose génitale. Effectivement, vous devez vous habituer à effectuer une toilette intime régulière. Toutefois, il n’est pas question d’abuser. En d’autres termes, une douche par jour est tout à fait suffisante pour enlever les odeurs vaginales et lutter contre les mycoses vaginales.

Pour éviter toute brûlure vaginale, les spécialistes conseillent d’avoir recours à un nettoyant doux particulièrement conçu pour cette partie du corps sensible. Pour ce faire, il convient notamment d’employer un savon doté d’un pH alcalin doux capable d’entretenir au mieux la zone vulvaire. En somme, il faut que le pH de votre savon soit situé entre 4 et 5,5 pour pouvoir empêcher une probable irritation vaginale.

  • Traitement de la Mycose Vaginale

Vous n’êtes pas parvenu à vous éloigner de la mycose vaginale. Que devez-vous faire pour vous en débarrasser ? Pour cela, il va falloir vous rendre chez un médecin au plus vite. De manière générale, le traitement de la mycose vaginale compte environ trois semaines.

Effectivement, cette cure comprend habituellement deux méthodes : la voie interne et la voie externe. En interne, le médecin peut vous prescrire la prise d’antifongiques en ovules à introduire dans le vagin. Quant à la voie externe, il s’agit d’une crème à appliquer sur la vulve deux fois par jour maximum.

Toutefois, certains experts peuvent juger nécessaire de prendre des comprimés par voie orale dans certaines situations en guise de complément de l’ovule mycose vaginale et de la crème.

Les Vulvovaginites

Les vulvovaginites se révèlent être une infection vaginale et une mycose vulvaire provenant d’un déséquilibre de la flore intime. Cependant, il faut bien faire la différence entre cette maladie et l’infection sexuellement transmissible (IST).

En effet, il existe deux types de vulvovaginites : la mycose vaginale et la vaginose bactérienne.

  • La Vaginose : C’est Quoi ?

La vaginose bactérienne consiste en une inflammation chronique de la muqueuse vaginale en raison d’un désordre de la flore intime.

  • Les Causes de la Vaginose

Généralement, la vaginose se manifeste à cause de la présence de bactéries dans le vagin et au niveau de la vulve.

  • Les Symptômes de la Vaginose

La vaginose bactérienne est une maladie qui a pour particularité de provoquer des pertes odorantes vaginales, des démangeaisons vaginales, voire des douleurs au vagin.

  • Comment Éviter la Vaginose ?

Pour prévenir la vaginose, il convient de mettre en application les mêmes gestes et réflexes permettant d’éviter la mycose génitale. Par exemple, vous devez accomplir votre toilette intime de manière régulière. En revanche, il faut exclure les douches vaginales trop intenses.

  • Traitement de la Vaginose

A priori, le traitement de la vaginose est semblable à celui de la mycose vaginale. En effet, une cure antibactérienne à base d’antibiotique naturel (voir argent colloidal) en ovules est très intéressante. Par exemple, vous pouvez essayer le métronidazole.

Cependant, votre gynécologue peut également vous proposer de passer un test à la potasse pour mieux diagnostiquer cette maladie. Aussi, celui-ci est susceptible de vous demander de suivre un régime alimentaire adapté.

Le Lichen Vulvaire

Appelé également « lichen scléreux » ou encore « lichen scléro-atrophique », le lichen vulvaire se révèle être aussi une cause de démangeaisons vaginales peu fréquente et actuellement inconnue.

  • Le Lichen Vulvaire : De Quoi s’Agit-il ?

Le lichen scléreux consiste en une affection de la peau chronique généralement présente dans la zone vulvaire.

  • Les Symptômes du Lichen Vulvaire

De manière générale, cette maladie se caractérise par des plaques scléreuses blanches autour de la vulve. De plus, cela peut se traduire par des brûlures vaginales, des démangeaisons vaginales, une baisse du volume de la vulve et des douleurs au niveau du vagin.

  • Traitement du Lichen Vulvaire

Après avoir effectué un diagnostic à l’aide d’un microscope, le traitement nécessaire pour combattre ce trouble est axé sur les corticoïdes locaux et les androgènes.